Accueil / Nos actualités / Actualité

diap-fin

Grand Lyon (1) # Grand Bordeaux (1)

Publié le 11 avril 2014

Au printemps dernier, le CAUE répondait à l’invitation des éditions ARCHIBOOKS qui, après le Grand Lyon, souhaitait montrer l’architecture contemporaine de Bordeaux et de toute la Gironde.  Jeudi 10 avril, à la Maison de l’Architecture d’Aquitaine (308), c’est entouré d’une centaine de personnes que le guide « Grand Bordeaux et Gironde : architectures contemporaines » a été dévoilé.

DSC05642

Ecrire ce guide, c’est s’interroger sur la place de chaque édifice : qui, quand, comment, pourquoi ? Des questions qui ont rythmé le processus de création, tout comme cette soirée de présentation. Valérie Disdier, directrice de la Maison de l’Architecture Rhône-Alpes,  et Elodie Vouillon, directrice du CAUE de la Gironde, ont entretenu un dialogue métropolitain Grand Bordeaux # Grand Lyon, sous le regard de Christine Desmoulins, journaliste et auteur spécialisée en architecture.

DSC05634-1

EXTRAITS…

Elodie Vouillon
« Choisir, c’est toujours un engagement. On ne peut pas prendre tout le monde  »
« Ce soir, ce n’est pas une lecture mais plutôt une RELECTURE ! Parce que nous avons beaucoup appris en faisant ce livre et tiré des enseignements intéressants. Nous aimerions les partager avec vous.
« L’idée est de montrer  que non, la France n’est pas moche,  la Gironde non plus ; que la création locale est riche, dynamique, avec un but commun à tous : rechercher la qualité architecturale, des insertions intelligentes dans les paysages, des dialogues entre les époques »

 Valérie Disdier
« Tenter de faire comprendre, à partir d’un territoire et d’une chronologie, ce que c’est que l’architecture. »
« L’architecture, c’est pas forcément un programme public : ça peut se loger dans une arrière-cour, ça peut se loger dans un souterrain,  ça peut se loger dans du logement collectif… »
« Ce n’est pas quelque chose d’exhaustif, c’est une posture. C’est forcément –non pas dogmatique- mais c’est une signature. »

Christine Desmoulins
« Dans des bourgs ou des villages de Midi-Pyrénées,  je m’étais aperçue qu’il y avait soit une jolie mairie moderne, soit une belle école ou des maisons de très grande qualité. J’ai compris que ça avait été possible, pourquoi ? Parce qu’après-guerre, les élus SFIO étaient amis avec les architectes qui eux-mêmes étaient amis avec les entrepreneurs. Comme ça, ça a donné des architectures fortes et une véritable identité. Aujourd’hui  en France, où la situation est difficile, il y a dans le rural un terreau pour tous les architectes, les bonnes entreprises… Tout ça existe encore ! »

Grand Lyon 1 # Grand Bordeaux 1 : loin d’être une compétition des métropoles, l’expression de singularités.

-> en savoir + : présentation du guide

images  TÉLÉCHARGER / Retour sur… Lectures à 2 voix