Accueil / Nos actualités / Actualité

Vignette-Agora

AGORA 2014 – quand le CAUE envahit l’espace public

Publié le 18 septembre 2014

Pour la toute première fois, le weekend dernier, le CAUE a participé à la Biennale d’architecture, d’urbanisme et de design de Bordeaux : Agora 2014 . Il faut dire que l’espace public est une problématique quotidienne sur laquelle les conseillers ont l’habitude d’intervenir : aménagement reliant deux écoles, aménagement autour d’un puits, réappropriation de la façade fluviale, aménagement de place… Lors de cette manifestation, le CAUE vous a proposé de partir en PARCORAMAS pour découvrir d’un autre œil l’architecture contemporaine et notre guide « Grand Bordeaux et Gironde » récemment édité. En marge de cette programmation, nous étions également médiateur d’une soirée ciné-débat atour de la thématique de la place. Une belle manière de rejoindre l’AGORA.

Le CAUE en mode PARCORAMAS…

Suite à la parution du guide « Grand Bordeaux et Gironde architectures contemporaines », le CAUE s’invite à AGORA. Nous vous convions à trois parcours-panoramas prenant appui sur le contenu de cet ouvrage et sur le « Guide du voyage expérimental » pour une découverte aléatoire, ludique et étonnante de l’agglomération bordelaise.
Le tourisme expérimental est une pratique consistant à s’imposer une contrainte pour voyager autrement et porter une nouveau regard sur son environnement quotidien.
Au programme :

Parcorama #1 / Panorama d’eaux douces… à Bord’eaux Nord

images   TÉLÉCHARGEZ LE CARNET DE BORD DU PARCORAMA #1  

Parcorama #2 / Panorama des parcs et parkings… du tram A  


images   TÉLÉCHARGEZ LE CARNET DE BORD DU PARCORAMA #2

 Parcorama #3 / Panorama du coin et du quai… du tram C

 

 

images   TÉLÉCHARGEZ LE CARNET DE BORD DU PARCORAMA #3

Nous remercions tous les participants d’avoir joué le jeu de la découverte hors des sentiers battus… ainsi que les équipes d’AGORA et de la Biennale PANORAMAS pour leur soutien dans la mise en oeuvre de ces 3 parcours panoramas.

facebook   PARTAGEZ VOS PHOTOS PARCORAMAS SUR FACEBOOK

Le CAUE en médiateur : « 24h sur la place »

Mercredi 10 septembre, en marge de la Biennale, Agora fait son cinéma et le CAUE intervient à l’Utopia

En 1974,  Louis Malle interview des passants sur « La Place de la République » à Paris.Ils parlent d’eux et du passé récent qu’ils ont connu à l’époque de l’occupation. 40 ans plus tard, IIla Bêka, Louise Lemoine et Xavier Gayant se postent « 24h sur place » pour capter les ambiances de la nouvelle place de la République. Quelles représentations ? quels décalages ? quels enjeux ? quels usages ? quelles évolutions ?…
L’équipe de réalisation, Antoine Viger-Kolher (agence d’architecture TVK, conceptrice de la place nouvelle),  Ariella Masboungi, (architecte, inspectrice générale au Ministère de l’Ecologie et du Développement durable) en débattent. Elodie Vouillon, directrice du CAUE de la Gironde anime le débat.

Morceaux choisis :

  • Filmer la Place de la République à Paris, c’est poser un regard précis sur l’espace public, le temps d’une journée pour capter un « temps d’usages.
  • Filmer une place, rester sur cette place c’est : se rencontrer, se laisser surprendre par l’ouverture aux autres… C’est passer du carrefour à une île pour aller vers les autres.
  • La Place de la République offre aujourd’hui des territoires différents : un oasis urbain, le trottoir… un ensemble de spécificités affirmées.
  • Filmer la place, c’est : voir, entendre, tout garder pour fixer des identités.
  • Répondre à la question du montage, c’est avant tout rendre compte des conditions du tournage.
  • L’aménagement de la place de la République (clarté / géométrie / symétrie / continuité)  traduit un confort, des volontés parisiennes au rêve de bobos, une permanence, l’émergence d’une certaine popularité. Ici, aucune coquetterie d’architecte, l’architecture se met au service des gens qui se donnent à voir.
  • C’est une place à la mode ? Pas forcément, c’est un espace ouvert créé pour faire cohabiter les modes comme les gens ; pour donner du sens aux histoires dans l’Histoire.
  • Sur la place, nous pouvons voir des passages piétons comme des ponts, comme autant de changements, pour entrer dans des espaces différents pour entrer en République.