Retour

Un regard du CAUE sur...

Chai Roche-Lalande

Chemin La Roche 33650 Martillac
Le + CAUE

Cette réalisation est présentée dans le tome 4 de la collection "Architectures et Paysages", co-édité par le CAUE de la Gironde et le Festin et abordant les architectures agricoles

Programme

Construire un chai qui s'inscrive avec sobriété dans les paysages de vignes

Concepteur(s)

Jacques Durand

Maître(s) d'ouvrage

Privé

Type de réalisation

Equipement agricole

Date de réalisation

2010

Surface

Non renseigné

Coûts

Non renseigné

Crédits photos

CAUE de la Gironde

Date de mise à jour

2 août 2016

 Stocker et Transformer
Les phénomènes de mécanisation, de spécialisation de l’agriculture, puis ceux, plus récents, liés à l’agro-industrialisation et à la mondialisation de la production ont conduit les constructeurs à élaborer des édifices toujours plus fonctionnels, notamment en viticulture.

Pourtant, parmi les exploitations viticoles indépendantes, le château ou la maison de maître prévalait sur les chais, longtemps considérés comme de simples bâtiments de production
strictement fonctionnels et sans réelle ambition architecturale. Traditionnellement rectangulaire, le chai est, en Gironde, configuré pour pouvoir entreposer quatre rangées de barriques.
Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que la conception des bâtiments de vinification s’oriente vers une forme d’industrialisation et de rationalisation de la production…
et que 100 ans plus tard que la dynamique économique stimule architectes et ingénieurs dans la conception d’une nouvelle génération de chais hautement technologiques… dont l’esthétique n’est pas uniquement la résultante du pendant fonctionnel.

Schéma-Facade-Chaimartillac

La façade en gabions, paravent d’un des deux hangars

L’émulation architecturale qui en résulte s’inspire souvent du territoire.
Ici la façade géométrique se compose de gabions, ces casiers constitués de solides fils de fer tressés et remplis de pierres locales. Cet habillage masque en réalité un hangar métallique de couleur beige à la toiture classique à double pente. Les seuls éléments d’ouverture (porte et fenêtres), positionnés dans le renfoncement de cette peau « impénétrable » sont soulignés par un encadrement de couleur rouille. Un second volume, « à découvert », est dessiné en recul.

Réinterprétation de la construction en pierres de taille, ce chai se joue des codes pour émerger avec force de la vigne.

Un autre hangar agricole à la façade travaillée en Gironde ici

Sur la carte