Retour

Un regard du CAUE sur...

Extension POLYFM d’un pavillon

Avenue de l'Hippodrome 33320 Eysines
Le + CAUE

Cette réalisation faisait partie de la sélection du Label Curiosité 2016, un prix grand public d'architecture décerné par 16 jurés ayant visité 7 projets d'extension et rencontré leurs habitants

Programme

Ajouter à la maison existante deux volumes (salle multi-média, chambre d'amis et suite parentale) et voir au-delà...

Concepteur(s)

BOLD ERIC TROUSSICOT VINCENT GEOFFROY

Maître(s) d'ouvrage

Privé

Type de réalisation

Habitat individuel

Date de réalisation

2014

Surface

Extension : 46 m² ; rénovation : 39 m²

Coûts

105 200 € TTC honoraires compris

Crédits photos

Agence BOLD

Date de mise à jour

15 février 2017

Eysines-facades

La maison originelle se compose de deux volumes de hauteur inégale qui semblent déjà former une base (rez-de-chaussée et étage) et un complément. L’extension réelle est ici pensée comme deux programmes distincts répondant chacun par une couleur à un niveau de la maison.

BLANC
Au rez-de-chaussée, les façades Sud, côté jardin, et Nord, côté rue, sont prolongées… mais pas de la même longueur. Le mur blanc qui les relie, parallèle à la limite parcellaire, borde un sentier qui connecte l’impasse à une placette arborée. La fréquentation du chemin et son orientation (à l’Ouest) ont conduit à « aveugler » ce mur en rez-de-chaussée. Les deux pièces logées dans cette partie de l’extension sont ouvertes sur le jardin (pour la salle multimédia) et sur la rue (pour la chambre d’amis). Entre ces deux espaces, une petite salle de bain sert tant de passage que de zone tampon.

Eysines-extension-pav-BOLD-APRES-rdc
Plan du rez-de-chaussée      © CAUE de la Gironde


NOIR
Au-dessus, le volume noir de plus petite importance contenant la suite parentale se cale contre le mur existant de l’étage et repose ainsi à la fois sur les ancienne et nouvelle parties inférieures. Sa forme trapézoïdale tient tant de son assise sur la toiture monopente inclinée qui englobe et unifie le premier niveau de la maison que de sa propre toiture s’étirant vers le ciel. Les espaces intérieurs gagnent en qualité d’ambiance grâce aux plafonds rampants et à la lumière naturelle diffuse.

Une ouverture unique dans cette partie est orientée cette fois-ci à l’Ouest, vers le soleil couchant et surtout vers un chêne remarquable situé sur la placette à l’arrière de la maison. C’est de cette spécificité que le projet tire son nom « POLYFM », acronyme de Polyphème, cyclope de la mythologie grecque.
La hauteur et le recul de cette grande baie en partie fixe n’entre pas en conflit avec l’intimité souhaitée pour cette pièce. A l’intérieur, là encore le couloir se double d’une seconde fonction (dressing) économisant ainsi espace et euros.

Eysines-extension-pav-BOLD-APRES-R1
Plan de l’étage      © CAUE de la Gironde

LIGNES DE DEMARCATION
La corniche noire qui court sur les trois faces de l’extension dessine une première ligne de démarcation entre haut et bas. Une seconde plus discrète, entre ancien et récent, se lit en façade rue, soulignant d’un trait fin les deux espaces-temps (séparation entre deux enduits et deux couleurs).

LIGNES DE LIAISON
Les deux volumes de l’extension, bien que distincts, sont toutefois liés :
entre eux par la continuité des matériaux : le bardage en zinc de l’étage se poursuit en couverture ou plutôt « une boîte facettée et suspendue à l’étage émerge de la couverture »*
-à l’existant, côté jardin, par la continuité rigoureuse de la façade rendant ainsi presque invisible l’extension.

Le site de l’agence…
Le Label Curiosité…

Prenez le temps d’un conseil… Venez rencontrer un architecte du CAUE…

Ailleurs en France, d’autres extensions contemporaines de maisons…

Sur la carte