Retour

Un regard du CAUE sur...

« La Ruche », une manière de faire de l’habitat participatif

102 avenue du Professeur Bergonié 33130 Bègles
Le + CAUE

En juillet 2014, le CAUE a organisé une soirée-débat "Habiter ensemble, chacun chez soi" donnant la parole aux acteurs... parmi eux, bailleurs sociaux, AMO, maîtres d'oeuvre et habitants de la Ruche... et en mai 2016 une nouvelle rencontre autour d'un court-métrage tourné sur l'aventure

Programme

11 logements participatifs et des espaces mutualisés

Concepteur(s)

dauphins architecture

Maître(s) d'ouvrage

Axanis

Type de réalisation

Démarches

Date de réalisation

2016

Surface

950 m²

Coûts

1 442 000 € HT

Crédits photos

CAUE de la Gironde ; perspectives du prjet : dauphins architecture

Date de mise à jour

28 juillet 2016

Habiter mieux avec moins = habiter autrement

Pour réaliser des économies dans le domaine de l’habitat privé, il est facilitant de :
-mutualiser des moyens financiers, de partager des espaces communs de service (ce qui diminue par conséquent la surface utile de chaque habitant) ;
-de participer en amont à cette élaboration commune (des économies de matières sans économie de matière grise !) ;
-peut-être de mettre la main à la pâte lors de chantiers ouverts (pour faire soi-même et ne pas payer cette prestation) ;
-enfin de choisir un mode constructif économique et respectueux de l’environnement (ici une ossature bois et un remplissage paille) et d’opter pour divers systèmes d’économie d’énergie, rentables dans le temps.

Une architecture qui incarne le lien, les échanges ?
Les parcours quotidiens entre chez soi et l’extérieur sont souvent des espaces-temps propices aux rencontres. Il est donc primordial d’étudier la disposition des accès tout en veillant aux orientations des vues et au respect de l’intimité de chacun.
Au final, est-ce l’architecture ou la démarche qui produira ou non l’alchimie espérée ?

A coup sûr, la co-conception du projet, les expériences communes de chantier et la pratique de la mutualisation des espaces contribueront à créer des relations de voisinage impliquantes.

A ce jour, le plan des architectes, affiné au fil des réunions régulières avec les futurs habitants, prévoit deux entités :
-le premier ensemble de 6  logements, positionné au Nord de la parcelle, offre un RDC entièrement dédié aux espaces mutualisés (salle polyvalente, chambre d’ami, celliers individuels) tandis que les appartements se juxtaposent et se superposent dans les trois étages supérieurs. Un escalier extérieur divise le tout en deux volumes et conduit au toit-terrasse. Ce nouvel espace mutualisé reçoit une buanderie, un barbecue, une douche extérieure et des rangements sous une pergola végétalisée.
-le second ensemble, parallèle, abrite côté rue un dortoir ainsi que 5 autres logements. Ceux-ci sont également dissociés en deux parties via une terrasse créant un respiration au premier étage.

Les formes architecturales reprennent tant la typologie classique des maisons avec toit à double pente que la morphologie cubique. Les deux entités revêtent les mêmes parements extérieurs de bois ou enduit blanc, ne matérialisant pas forcément les parties partagées des logements. Dans la même volonté d’unir visuellement et physiquement ces deux zones, un escalier zigzague de l’un à l’autre ; en tissant une passerelle entre tous les habitants.

Une démarche en cours d’institutionnalisation
Jusqu’en mars 2014, le manque d’outils juridiques pour encadrer et faciliter les démarches d’habitat participatif en France a constitué un frein à son développement.
A présent, l’habitat participatif est défini par la loi ALUR, tout comme ses deux formes juridiques : la coopérative d’habitants et la société d’attribution et d’autopromotion.
L’émergence d’un projet d’habitat participatif comme celui de La Ruche est ainsi facilitée. Les bailleurs sociaux peuvent en effet être associés à ces démarches et participer à la définition, conception puis gestion des logements.

En attendant les décrets, quid des financements et des garanties d’achèvement ?

Retour sur la soirée-débat du CAUE…
et sur la présentation du film de Jean-Paul Lascar dans le cadre du FIFAAC 2016…
Le teaser du film…

Sur la carte