Retour

Un regard du CAUE sur...

Parc du Cypressat

1 Rue Dumune 33151 Cenon
Le + CAUE

Le parc a constitué une étape lors du Rallye urbain « Vues d’ailleurs » organisé par le CAUE de la Gironde pour la biennale Agora 2017

Programme

Aménagement des accès et parkings d’accueil, hydrologie naturelle, cheminements, belvédère, mobilier, restauration des enceintes fortifiées, mise en valeur du patrimoine bâti, plantation d’une collection de 1000 cyprès

Concepteur(s)

Agence AAUPC Patrick Chavannes architecte / Paysagiste Végétude / BET forestier Terrasol

Maître(s) d'ouvrage

Ville de Cenon

Type de réalisation

Espaces publics

Date de réalisation

2010

Surface

15 hectares

Coûts

4.5 M€ HT en deux tranches (1.5M et 3M)

Crédits photos

CAUE de la Gironde

Date de mise à jour

14 février 2019

Longtemps propriété privée iso­lée et impénétrable, les 15 hectares quasi sauvages sont désormais devenus un site à arpenter depuis son ouverture en mai 2010. Sa situation à flanc de coteau sur le versant Sud de la rive droite, a conduit naturellement à l’installation de plusieurs belvédères, aménagés au gré de sentiers es­carpés, qui offrent une vue panoramique sur Bordeaux.

Espèce emblématique de la ville de Cenon depuis les forêts de l’époque Gallo-romaine, le cyprès a été décliné dans le projet d’aménagement du parc, qui accueille plusieurs centaines de Cupressus des différentes régions du monde. Cela permet de découvrir la diversité de ce genre et des milieux qu’il a colonisés au fil des temps. Il s’agit du premier arboretum traitant de ce sujet en France et en Europe.

Un exemple d’arboretum en Poitou-Charentes …

Le cheminement du promeneur commence par une vaste terrasse protégée par une ombrière en bois et métal recouverte de plantes grimpantes qui offre une vue dégagée sur la suite du parcours, accessible aux personnes à mobilité réduite. On le poursuit en suivant les gabions, ces petits murets de pierres enfermés dans des cages en treillis, qui rythment le terrain en pente comme autant de terrasses, suivant le principe des murs de soutènement. Si l’on s’aventure plus loin, on découvre la partie plus sauvage du parc, des chemins de terre étroits et sinueux, bordés d’une végétation plus dense.

Une ancienne source traversait le parc, cachée dans le sol, aujourd’hui tarie. Joliment abrité dans un écrin de lauriers, elle a été maçonnée et ornée d’un mascaron. Durant de nombreuses années elle a alimenté le quartier de la bastide, transportée par des porteurs d’eau sur des ânes pour rejoindre la ville en contrebas.

Les jardiniers travaillent dans ce parc de manière raisonnée : limitation de la tonte et du fauchage, absence de pro­duits phytosanitaire, récupération des eaux pluviales du château de Lemoine, arrosage « zéro » et recyclage des déchets verts.

Plus de 38 espèces d’oiseaux nicheurs et migrateurs sont aujourd’hui répertoriés dans le parc : pics, sittelles, mésanges, milans, cigognes blanches, chouettes, etc. Des nichoirs ont également été installés afin de multiplier les chances de garder les espèces déjà fixées et d’en attirer de nouvelles. Ce travail d’amélioration des conditions d’habitat des espèces a valu au Cypressat la labellisation LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) « refuge excellence » en 2011.

L’ouverture au public du parc du Cypressat augmente de 42% la surface accessible du futur Parc des coteaux et s’inscrit plus globalement dans le parcours de la Boucle Verte, armature végétale de l’agglomération bordelaise.

Le site de l’agence…
Retour sur l’évènement Rallye urbain « Vues d’ailleurs » …
Plus d’infos sur le parc sur le site de la ville de Cenon …

Sur la carte