Retour

Un regard du CAUE sur...

Réhabilitation de la Piscine Les Bains

2 rue Carnot 33130 Bègles
Le + CAUE

Pour découvrir les architectures contemporaines du département, n’oubliez pas votre guide Grand Bordeaux et Gironde ; un ouvrage coédité par le CAUE de la Gironde !

Programme

Rénovation de la piscine municipale de Bègles et construction d’un nouveau bassin de 25m, hammam, café, salle d’activité,…

Concepteur(s)

Patrick Bouchain, Nicole Concordet, Loïc Julienne ; Liliana Mota (artiste botaniste)

Maître(s) d'ouvrage

Ville de Bègles

Type de réalisation

Equipement sportif

Date de réalisation

2005

Surface

2 500 m²

Coûts

3.500.000 €HT ; soit 1400€HT/m²

Crédits photos

CAUE de la Gironde

Date de mise à jour

1 décembre 2016

Réalisée au début du siècle dernier et fraîchement réhabilitée, la piscine Les Bains nous plonge dans le temps sans nostalgie. La brique, la mosaïque, les vitraux et le fer forgé composent les façades du bâtiment en béton armé. Représentatifs du style Art déco, les couleurs chaudes, associées aux formes géométriques ont été reprises et resituées par des artistes contemporains : l’anamorphose de Marin Kasimir sur le sol du pédiluve, le bassin de décantation vert lentilles d’eau de Liliana Motta, la coupole aux sphères de verre suspendues de Bun Than Huynh. Les usagers, investis dès le début du projet lors du chantier communautaire, naviguent sans complexe dans ce lieu approprié à la magie de l’interprétation.
En septembre 2014, d’importants travaux d’étanchéité du bassin ont modifié les sensations des baigneurs qui nagent désormais dans un bain d’inox !

Un article de Sud-Ouest  du 13/09/2014 relatant cet événement…

« Les nageurs sont bluffés ; les élus de la ville et les agents de la piscine sont aux anges. (…)
Donc, la très jolie piscine Art déco a rouvert hier matin après sa traditionnelle pause estivale (au profit de Bègles-Plage) avec un rare – si ce n’est unique en Aquitaine – bassin en inox. À la manière d’un grand évier de restaurant.
Très grand évier : 25 mètres sur 12,5.
« Un lac argenté » L’eau y prend naturellement une couleur « argentée de lac » décrit, poète, le service com de la Ville. Il y a effectivement de cela. Avec un plus : des leds subaquatiques peuvent faire varier à l’infini les moirures de l’onde. « En fin d’année, avec l’arrivée du Père Noël, on passera au rouge » s’enthousiasme l’élu à la vie sportive, Marc Chauvet. Ça, c’est pour s’amuser et amuser les nageurs et les baigneurs. Pour le reste, la solution de l’inox a pour effet de décourager les bactéries et autres vilains colonisateurs. Ce n’est pas pour rien que les collectivités, professionnels de l’agroalimentaire et personnels de santé, font le choix de ce matériau. « Et moins de bactéries, c’est moins de produits à utiliser » s’enthousiasme encore Marc Chauvet. Et puis l’inox ne se déforme pas (vérifiez avec votre casserole), ni ne rouille (regardez vos couteaux et fourchettes). Bref, à ce jour, et sauf info contraire, il n’y aurait que des avantages à son utilisation.
Restait à trouver des entreprises capables de passer de la technique de la cuve de camion ou de viticulture à celle du bassin de piscine. Les soudures devaient être les plus discrètes possibles, les margelles embouties de manière à préserver le confort et à prévenir de la glissade. Voilà qui est fait. Ainsi, un feuilleton long de 7 années trouve son terme. Au milieu des années 2000, la piscine (inscrite à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques), s’offre un coup de jeune. C’est superbe, les observateurs s’extasient… et le grand bassin se montre très vite incontinent. La bonne vieille technique du béton carrelage a une faille… C’est le cas de le dire. Expertises, responsabilités, assurances : la ville finit par être dédommagée de 720 000 euros. De quoi se lancer dans l’aventure du bassin inox réputé pour sa rétention d’eau.
Pour être une de plus ancienne piscine de l’agglomération bordelaise, ouverte en 1932, la piscine de Bègles s’est approprié les techniques du XXIe siècle : filtration des eaux par les plantes avant récupération (pour l’arrosage et les toilettes) ; récupération des calories du bassin chauffé à 28 % pour réchauffer l’eau entrante qui est à 14° ; apport des panneaux solaires.
Pour le plaisir du corps, des sens et de l’âme, il y a hammam, un solarium, un « arbrassons », un resto bio… »
Hervé Pons
 
Le site de l’agence…
 
Ailleurs en France, d’autres piscines contemporaines…

Sur la carte