Retour

Un regard du CAUE sur...

Résidence Compostelle

20 Rue de Compostelle 33600 Pessac
Programme

Groupe d’immeubles locatifs pour étudiants sur le campus

Concepteur(s)

Salier Courtois Lajus Sadirac

Maître(s) d'ouvrage

SCI La Paillère Bardanac

Type de réalisation

Habitat collectif

Date de réalisation

1965

Surface

Non renseigné

Coûts

Non renseigné

Crédits photos

CAUE de la Gironde

Date de mise à jour

1 août 2016

Contrairement aux commerces de proximité compris dans ce programme, les logements ne sont pas disposés en bordu de route mais à 45°. Cette implantation limite l’effet de barre redouté par les architectes, qui ont opté par ailleurs pour des immeubles bas (R+4 à R+6 maximum).

Dans ce petit ensemble résidentiel, loin de la densité des grands ensembles, les 500 logements se répartissent en 10 immeubles. Le plan masse dessine comme une croix latine déformée. La ceinture bâtie protège au centre un large espace libre, aménagé en espace verts avec de nombreux cheminements et une aire de jeux. Les places de stationnement sont largement concentrées  en dehors de cet espace privilégié, le long des circulations périphériques et dans les triangles résultant des partis pris d’implantation. La  « nature » introduite entre les habitations crée une ambiance similaire à celle du campus.

Les bâtiments n’étant pas accolés, le regard file dans les interstices afin de toujours apercevoir les cours arborées ou, depuis l’intérieur, un horizon lointain. Une fois encore, il s’agit là de supprimer l’impression de mur linéaire infranchissable. Cette organisation spatiale invite les personnes « étrangères » à la résidence à s’y promener, à utiliser les aménités, les raccourcis…Bref à partager un même espace et à s’y rencontrer.

En termes d’architecture, le contraste entre les façades blanches et les pignons ou murs de refend marron (en cailloux lavés)  crée des séquences dans un même bloc, cassant à nouveau tout effet de masse. L’unité formelle est obtenue par la répétition de la composition visuelle, graphique de deux types de travées :
-celle avec, à chaque étage, la large baie du séjour et un balcon au garde-corps triangulaire en voile de béton ;
-celle, plus étroite, avec une baie verticale recouvrant deux niveaux  et un balcon un niveau sur deux.

Les balcons, tantôt alignés tantôt en quinconces,  génèrent ainsi une dynamique des façades tout en assurant une homogénéité de traitement par un vocabulaire restreint.  Enfin, comme à la cité Béchade, la corniche accentue la géométrie en V des façades et dessine une ligne se détachant nettement du ciel.

Le webdocumentaire sur l’école bordelaise…

 

Sur la carte