Retour

Un regard du CAUE sur...

Résidence Habitat Jeunes Suzanne Lacore

62 rue de Maurian 33290 Blanquefort
Programme

Construction de 50 logements pour des jeunes travailleurs immergés dans l'ancien parc du château de Maurian

Concepteur(s)

Patrick Hernandez avec J.H. Seurat et G. Banan

Maître(s) d'ouvrage

Clairsienne

Type de réalisation

Equipement social et socio-éducatif

Date de réalisation

2013

Surface

1 700 m²

Coûts

2 250 000 € HT ; soit 1325€HT/m²

Crédits photos

CAUE de la Gironde

Date de mise à jour

12 décembre 2016

Pour le commanditaire Clairsienne : « La résidence Suzanne Lacore illustre la capacité des entreprises sociales pour l’habitat telles que Clairsienne à être innovante dans la construction d’un projet architectural, social et économique et dans le développement d’un montage multi-partenarial où l’expertise de chaque acteur est au service des jeunes et de leurs besoins. Technowest Logement jeunes, gestionnaire de la résidence, met donc une équipe de professionnels au service des jeunes pour les accompagner dans leurs projets personnels et professionnels ainsi que des services, animations et activités culturelles et sportives car habiter un logement c’est d’abord construire un projet de vie. »

La vocation de ce lieu est donc d’accueillir temporairement mais dans les meilleures conditions possibles  de jeunes travailleurs : qualité d’usage du logement, services mutualisés, espaces de convivialité, accompagnement socio-éducatif par des travailleurs sociaux afin de contribuer à une émancipation en douceur de ces jeunes adultes. L’architecte, par l’articulation des logements entre eux reconstituant des rues fréquentées, a répondu à cette attente de combattre l’isolement, le repli sur soi dans une période de construction individuelle chez ces adultes en devenir.

Dans l’ancien parc du château de MaurianNuméro1, longtemps délaissé et grignoté en partie nord par les infrastructures de l’école d’informatique rattachée au château, est venu s’implanter le long de la rue secondaire moins passante l’ensemble des 50 logements… faisant face à une autre résidence hôtelière de moins bonne facture architecturale !

schema-residencelacoreLe bâtiment communNuméro2 (cuisine, salle informatique, salle à manger) et une placetteNuméro3 jalonnent tout d’abord le parcours des habitants à  l’entrée du site. De là s’évadent trois chemins calcairesNuméro4 desservant les trois unités de logementsNuméro5 obliquant pour suivre la forme de ces trois lanières bâties principalement en bois. Ces dernières épousent successivement le relief déclinant doucement vers le cœur du massif arboré préservé et sont desservies par une ruelle piétonne sur laquelle s’ouvrent les porches couverts individuels, véritables sas d’entrée couverts aux portes bois colorées. Les logements sont  conçus dans une exigence de fluidité d’espace, adaptés à une utilisation spécifique :  des T1 de 16m² pour les brefs séjours, d’autres de 20m² pour un temps un peu  plus long, des T1bis pour de jeunes couples, des T2 de 46 m² modulables et des T3 réservés à la colocation.

Les toits s’étirent à la façon d’une surface gauche en tôles ondulées transparentes, laissant apparaitre la structure bois des chevrons et se retournant en façade pour recouvrir, d’un côté, les porches d’entrée et servir de l’autre d’avant-toit et de brise soleil aux fenêtres.

Le site de l’architecte…

Ailleurs en France, d’autre foyers contemporains pour jeunes travailleurs…

Sur la carte