Retour

Un regard du CAUE sur...

Rugueuse Caisse d’épargne

61 rue du Château d'eau 33000 Bordeaux
Le + CAUE

Pour découvrir les architectures contemporaines du département, n’oubliez pas votre guide Grand Bordeaux et Gironde ; un ouvrage coédité par le CAUE de la Gironde !

Programme

Siège social de la banque, vitrine de ses qualités

Concepteur(s)

Edmond Lay ; Pierre Layré-Cassou ; Pierre Dugravier

Maître(s) d'ouvrage

Caisse d’Epargne et de prévoyance

Type de réalisation

Equipement de bureaux

Date de réalisation

1980

Surface

Non renseigné

Coûts

Non renseigné

Crédits photos

CAUE de la Gironde

Date de mise à jour

5 décembre 2016

En bordure du quartier de Mériadeck, dans la ceinture des équipements administratifs, sportifs ou culturels a pris place ce bâtiment singulier, exemple rare à Bordeaux d’architecture sculpture, composé d’un empilement de volumes simples (pavés, cônes tronqués) autour d’un vide central. Entre rudesse du matériau de l’enveloppe utilisé et mollesse des formes organiques, c’est l’image de l’entreprise, sa fonction et ses valeurs (épargne, sécurité) qui sont données à voir.

Quelques citations de l’architecte :
« Je ne recherche qu’à exprimer ce que je ressens. Je m’intéresse à la façon dont on vit dans ce que je construis. »
« C’est le bien être de l’Homme, de l’Habitat, utilisateur ou promeneur, qui est recherché en premier lieu. Un bien-être biologique, psychologique et social. Construire, c’est agir en fonction d’une conviction profonde ». « L’essentiel, c’est que les bâtiments aient une âme, qu’ils ne trichent pas. C’est de cette manière que l’homme peut se sentir en accord avec un lieu et qu’il peut y prendre place sans difficulté. Alors seulement, l’architecture favorisera l’épanouissement humain ».
Sa démarche s’intègre dans le courant de l’architecture organique qui veille à intégrer le bâtiment au site dans une harmonie entre Homme et Nature.

En avril 2014, le bâtiment est inscrit au titre des monuments historiques « comme témoignage de l’architecture-sculpture de la 2e moitié du 20e siècle ». Il semblerait qu’il devienne d’ici 2017 un « hôtel de luxe ». Mais l’inscription du bâtiment implique que le projet devra se faire avec l’accord de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) ainsi que d’Edmond Lay, architecte du bâtiment.

L’agence bancaire a d’ores et déjà quitté les locaux, seuls les bureaux restent occupés à ce jour.

Pour en savoir plus…

Une autre réalisation girondine de cet architecte ici

Ailleurs en France, d’autres constructions contemporaines de banques…

 

Sur la carte