Accueil / Nos actualités / Actualité

à l'école de grand parc (2)

FORMATION : à l’école de la ville

Publié le 11 avril 2019

Mercredi 10 avril, près de 70 enseignants venus de toute la Gironde ont participé à la journée de formation/sensibilisation organisée par le CAUE en partenariat avec la DSDEN et la DAAC du rectorat.

Cette journée à destination des enseignants leur permet d’enrichir leurs pratiques pédagogiques à partir des différentes approches de la ville. Une aventure théorique et pratique qui permet ensuite d’aborder dans les classes la construction et l’évolution d’un village, d’un quartier ou d’une ville. La matinée fut consacrée à une conférence sur le thème de la « Ville d’aujourd’hui ». L’après-midi, les enseignants se sont répartis en 4 groupes pour visiter des quartiers bordelais. Aider d’une grille de lecture de la ville, ils ont ainsi pu appréhender la ville différemment.

Les quartiers visités :

Belcier Euratlantique : un quartier de gare ambition « classe affaire »
Au sud de Bordeaux, Belcier est un quartier résidentiel traditionnel qui s’est constitué au début du XIXème siècle avec l’implantation de bâtiments à caractère industriel et commercial. L’ouverture du pont de chemin de fer et l’implantation de la gare Saint-Jean confortent la vocation économique du quartier. Le fer et le fleuve sont des éléments fondateurs de ce territoire. Le positionnement du quartier, au carrefour de grandes infrastructures, à proximité du centre-ville et à l’arrière de la gare, l’inscrit au cours des années 2000 dans le projet stratégique d’agglomération. En 2010, une Opération d’Intérêt National (OIN) est créée, dans laquelle l’État s’engage avec les collectivités territoriales, et menée par l’Établissement Public d’aménagement (EPA) Bordeaux-Euratlantique. S’engage alors une vaste opération de rénovation urbaine, à la programmation ambitieuse, ayant notamment pour objectif l’émergence d’un nouveau quartier d’affaires à vocation européenne.

Bacalan et les Bassins à flot : du port industriel au quartier résidentiel
Lieu cosmopolite et pluriel, les Bassins à flot sont avant tout un quartier mixte. Mixte parce que ce quartier écrit une nouvelle page de son histoire sans pour autant renier son héritage. Telle une vague en perpétuel mouvement, le quartier se transforme, évolue, pour devenir aujourd’hui un quartier pluriel, un « melting port », accueillant des habitations, mais aussi des activités économiques et de loisirs. Trait d’union entre Bordeaux et son fleuve, les Bassins à flot sont aussi un quartier d’agrément où l’on prend plaisir à flâne, sur les sentes comme sur les quais, pour admirer le patrimoine architectural, témoin du prestigieux passé maritime du lieu : grues, péniches, rails et silos…

Le Grand parc : la reconstruction renouvelée
A l’intérieur des boulevards, au nord-ouest de Bordeaux, le quartier du Grand parc se transforme en adaptant l’existant aux nouveaux modes de vie. Ici, pas de démolition-reconstruction mais un projet de renouvellement urbain innovant. Plusieurs lieux d’étapes que nous découvrirons de l’extérieur et de l’intérieur proposent de nouvelles façons d’habiter. Le projet Locus Solus combine sur 2000 m² en outre : 47 logements, des jardins d’hiver, une serre collective avec une cuisine, des bureaux et même un poulailler. A quelques mètres, la nouvelle « peau » de 3 barres d’immeubles offre aux habitants 25 à 45 m² de plus à vivre à l’intérieur de leur appartement. Le parti pris du projet est de « faire avec ». Faire avec les barres d’immeubles, le parc de 8 ha, les équipements publics construits il y a 50 ans… mais surtout faire avec les 11 000 habitants.

Gingko : écoquartier ou nouveau quartier ?
Inspiré du modèle nord européen, l’écoquartier Gingko s’étend sur 32 hectares sur les berges du Lac de Bordeaux. Après avoir fait table rase d’une ancienne friche, ce nouveau quartier propose une nouvelle manière d’habiter pour bordeaux la ville de pierre en proposant une mixité entre les services, les commerces, les habitations collectives ou intermédiaires et en donnant une part importante aux déplacements doux et aux espaces partagés. Cette volonté d’offrir une nouvelle manière de penser la ville se confronte pourtant aujourd’hui à l’affirmation de la propriété des habitants et à la promiscuité qu’apporte une telle densité de bâti. Gingko continue de se développer et ne cesse d’évoluer en son sein. Doit-on toujours l’appeler écoquartier ?

A l'école de Euratlantique (4) A l'école de Euratlantique (6) A l'école de Euratlantique (9) A l'école de Euratlantique (15) à l'école de grand parc (2) à l'école de grand parc (4) à l'école de grand parc (10) à l'école de grand parc (26) à l'école de grand parc (33) a l'école de visite BaF (2) a l'école de visite BaF (3) IMG_1136 IMG_1145