Retour

Un regard du CAUE sur...

Discothèque le Macumba

50 avenue de l’Argonne 33700 Mérignac
Le + CAUE

Cette réalisation fait l'objet d'un focus dans l'ouvrage "Gironde, terre d'évasion" consacré aux architectures et sites de loisirs, en co-édition avec le Festin

Programme

La plus grande discothèque d'Europe !

Concepteur(s)

Michel Pétuaud-Létang

Maître(s) d'ouvrage

Privé

Type de réalisation

Equipement touristique et de loisirs

Date de réalisation

1973

Surface

2 600 m²

Coûts

Non communiqué

Crédits photos

Michel Pétuaud-Létang hormis les photos n° 1 et 2 : CAUE

Date de mise à jour

15 juin 2017

Inaugurée le 26 avril 1973 et conçue par l’architecte bordelais Michel Pétuaud-Létang, construite en un temps record de 3 mois, le Macumba est, lors de son inauguration, la plus grande discothèque d’Europe pouvant accueillir, après son extension en 1993, 3 500 personnes… au milieu des champs !

Inspirée des modèles américains, l’architecture fantaisiste monumentale se pare de formes arrondies et cylindriques, faisant référence aux corps dansant des noctambules qui fréquentent les lieux.

Macumba - Mérignac-planPlan de la discothèque avant extension

Abritée dans un cylindre de 32 m de diamètre, la salle principale se compose de murs autoporteurs supprimant tout poteau intérieur.

En façade, un pilier circulaire porte un disque de béton géant peint en rouge servant d’auvent. Les jardinières qui ornent  l’extérieur affichent elles aussi des formes arrondies. À l’intérieur, posés sur des sols aux couleurs clinquantes (rouge, orange, violet), le bar elliptique et la cabine du DJ évoquent un vaisseau spatial. Le décor change grâce à des projections d’images sur le mur circulaire.

Temple de la nuit, cathédrale de la danse, le Macumba fut en son temps une référence. Après Bordeaux, d’autres discothèques sont construites sur le même modèle, à Nantes, Fribourg et Madrid.

Mais éloigné du centre de Bordeaux, dépourvu d’accès en transports en commun, le Macumba ferme en 2013, suite à une chute vertigineuse de fréquentation au profit des boîtes de nuit du quai de Paludate, desservies par le tramway et donc moins risquées en terme de sécurité routière.

La question du devenir de ce lieu atypique dans le paysage périurbain de Bordeaux reste en suspens.

Un reportage pour entrer dans le lieu grâce à l’émission « Suivez le guide »…

Un texte du Laboratoire d’urbanisme insurrectionnel intitulé « Night-clubs et discothèques : visions d’architecture » de Carlotta Daro…

Une exposition d’architecture « Discothèques » à la Villa Noailles, à Hyères…

Sur la carte