Retour

Un regard du CAUE sur...

Ecole maternelle la Forêt

Chemin des écoles 33320 Eysines
Le + CAUE

Ce projet a été primé dans le cadre d'Agora 2014, biennale d'architecture, d'urbanisme et de design de la ville de Bordeaux. Le CAUE propose en septembre 2014 trois parcours découvertes de réalisations présentées dans le guide "Grand Bordeaux et Gironde"

Programme

Extension et réhabilitation de l'école maternelle

Concepteur(s)

Elua -Clément Miglierina

Maître(s) d'ouvrage

Ville d'Eysines

Type de réalisation

Equipement scolaire / universitaire

Date de réalisation

2013

Surface

180 m² (extension)

Coûts

427 800 € TTC dont 113 120 € de subvention de l’Etat ; soit 2370€TTC/m²

Crédits photos

Elua

Date de mise à jour

1 décembre 2016

« L’augmentation des effectifs, le besoin d’espace pour le bon fonctionnement du Centre de loisirs maternel, ainsi qu’une réorganisation plus fonctionnelle des différents espaces de l’école, ont  amené la ville d’Eysines à lancer l’été dernier des travaux dans l’école maternelle. » Extrait de la revue municipale

Observer l’existant.
Observer les points de tension : salles étriquées, circulations étroites, disposition illogique des espaces
Observer les points d’accroche : l’école blanche en U des années 70, la vaste pelouse, le bois voisin
Observer les manières de vivre de chacun : élèves, enseignants, personnels, parents

Avec une attention portée aux usages, aux nouveaux besoins et aux attentes,  cette extension de l’école maternelle vient se greffer  « sur le dos »  du corps principal,  à l’arrière du bâtiment scolaire. Elle s’ancre en profondeur dans l’école allant jusqu’à investir le hall d’accueil, désormais identifiable par tous depuis la cour… et accueillant !

Cette nouvelle colonne vertébrale striée de bois blanc héberge en  toute extrémité une calme petite maison qui invite à la lecture ou au théâtre avec scène, gradins et coussins orange. En amont, la salle dédiée à la motricité s’ouvre par de grandes baies sur la « prairie » et au-delà sur le petit bois, des lieux investis par les enfants à certaines occasions.

En déplaçant ces deux fonctions là, suffisamment éloigné des classes pour ne pas perturber leur fonctionnement,  d’autres possibles apparaissent afin de réorganiser les espaces au sein de la partie initiale : espaces administratifs regroupés, communication immédiate du bureau de la directrice avec sa classe, salle de service des ATSEM davantage centrale, distribution plus logique des classes et dortoirs, nouveaux sanitaires.

N’est-ce pas plutôt une cage thoracique qu’une colonne vertébrale, parvenant à donner un nouveau souffle poétique à cette école ?

Le site de l’architecte…

Ailleurs en France, d’autres écoles maternelles contemporaines…

Sur la carte