Retour

Un regard du CAUE sur...

Hameau des Sablines

Avenue de la Libération 33138 Lanton
Le + CAUE

En 2014, «esprits de quartiers, bandes de maisons» recouvre une journée de sensibilisation terrain autour du bassin d’Arcachon, à destination des élus, personnel SCoT, collectivités territoriales, bureaux d’études et professionnels en charge de l’urbanisme et de l’aménagement.

Programme

Accueillir des fonctions urbaines mixtes pour renforcer l’attractivité du centre bourg (49 logements + bureaux pour la mairie comprenant une médiathèque et un CCAS)

Concepteur(s)

Daniel de Marco

Maître(s) d'ouvrage

Groupe C.E.R.D.I

Type de réalisation

Habitat semi-collectif

Date de réalisation

2007

Surface

49 logements/hectare - 4800 m²

Coûts

3 000 000 € HT

Crédits photos

CAUE de la Gironde

Date de mise à jour

15 octobre 2015

En urbanisant une dent creuse du tissu pavillonnaire de la commune, ces petits logements collectifs mêlés à de l’habitat individuel dense, à une médiathèque et un local communal contribuent, à leur mesure, à consolider la centralité de la ville.
PLANMASSE-OP

Le projet apporte une réponse urbaine alternative au tissu traditionnel des lotissements voisins : une voirie interne traversante unique irrigue d’est en ouest l’opération et débouche sur deux entrées distinctes. On accède aux habitations en empruntant la venelle piétonne.

Le projet démontre qu’un programme de logements groupés de maisons individuelles (de plain pied ou en duplex) et de petits habitats collectifs en R+1 peut parvenir à offrir le cadre et les modes de vie caractéristiques de l’habitat individuel.

Dans le hameau des Sablines, les espaces privatifs sont modestes mais chaque logement individuel et appartement en rez-de-chaussée dispose de ses propres prolongements extérieurs : un espace cellier, un jardinet, une terrasse (les appartements situés à l’étage des collectifs s’ouvrant sur un balcon).
La mitoyenneté des habitations engendre une certaine proximité, mais les vis-à-vis et l’intimité des logements sont préservés par le mode d’implantation (maisons regroupées en petit nombre systématiquement implantées à l’alignement en limite de parcelle, sur voie ou sur ruelle) couplé à la double orientation qui restreint les vues (façades essentiellement ouvertes en pignon).

Le projet réinterprète les codes de l’architecture traditionnelle des villages ostréicoles du Bassin (façades en pignon, enduits extérieurs blancs, desserte par un réseau de venelles)…

Pour satisfaire à l’objectif de 2 places de parking privatives par logement, l’espace accordé à la voiture a toutefois un impact relativement fort dans le paysage.

Ce quartier a fait l’objet d’une visite de terrain dans le cadre de la journée « Esprits de quartier, bandes de maisons » organisé par le CAUE en juin 2014.

Sur la carte