Retour

Un regard du CAUE sur...

Parc-cimetière d’Artigues

Avenue du Peyrou 33370 Artigues-près-Bordeaux
Programme

Un cimetière paysager géré en gestion différenciée

Concepteur(s)

Yves Salier, Adrien Courtois, Pierre Lajus et Patrick Fouquet ainsi que Jean Barbou

Maître(s) d'ouvrage

Ville d'Artigues

Type de réalisation

Equipement cultuel / funéraire

Date de réalisation

2016

Surface

50 hectares

Coûts

Non communiqué

Crédits photos

CAUE de la Gironde

Date de mise à jour

19 décembre 2016

Quand on observe son plan, le cimetière ressemble à une coupe de cerveau. Un nerf semble venir du Sud, depuis la Nationale 89, pour irriguer la périphérie et les différents lobes. Il s’agit en fait de l’axe principal du cimetière qui peut se parcourir en voiture formant un anneau de ceinture.

coupe-1
Un second anneau, concentrique et piétonnier, délimite ce qui correspondrait au thalamus du cerveau humain.

Quelques excroissances (dont une extension récente) ont poussé hors boîte crânienne mais restent connectées par des cheminements toujours courbes…

IMGP1064

Le parc cimetière est construit dans la pente douce du coteau. Il a conservé de nombreuses parties boisées notamment toute l’entrée longeant les chênes. C’est une des caractéristiques des cimetières paysagers : immerger les tombes dans la nature en minimisant leur caractère minéral, composer avec le végétal pour offrir des ambiances propices au recueillement, dessiner un espace (public) qui invite à la promenade et à la méditation.

L’implantation des tombes est organisée autour de placettes aux formes variées, évitant les répétitions impersonnelles et la standardisation des espaces. Des micro-lieux volontairement peu denses et extensifs qui favorisent, par les haies basses souvent perméables qui les délimitent, une intimité appréciée.

Les tombes et stèles sont généralement de petite taille, ce qui diminue leur impact visuel et la place du minéral dans le site. D’autre part, elles sont posées sur le haut des petites buttes aménagées et les caveaux sont accessibles par l’avant, en creusant.
IMGP1005

C’est l’esprit du lieu sacré qui apparait tant à travers la conception du plan masse, les éléments bâtis (toilettes, dépositoire et columbarium font preuve d’une architecture en béton brute puissante) que par les atmosphères végétales.

Les arbustes des cimetières au feuillage persistant évoquent l’éternité et préservent toute l’année l’intimité des familles tandis que les arbres à feuilles caduques (tel le boisement de chênes à l’entrée) marquent, au second plan, le cycle des saisons et le cycle perpétuel de la vie.
IMGP0985

L’attention portée au parcours des usagers est un signe de qualité. Du seuil du cimetière avec son entrée monumentale en béton brut (dans laquelle se logent des locaux et bureaux d’accueil) jusqu’à la tombe, toute une transition douce entre monde extérieur (celui des vivants) et monde intérieur (celui des morts) est mise en scène.

Ce cimetière est entretenu en gestion différenciée, c’est-à-dire qu’aucun produit phytosanitaire n’est employé, que l’usage des ressources naturelles est limité, que la biodiversité peut s’installer …

Un plan d’aménagement d’ensemble est en cours d’élaboration pour anticiper davantage l’extension du cimetière dans la continuité de l’existant.

Arriveront bientôt une vache et un poney pour entretenir en éco-pâturage la prairie adjacente, grâce à un partenariat avec le Conseil départemental et le Conservatoire des races d’Aquitaine.

Un webdocumentaire sur l’école bordelaise…

D’autres exemples girondins de gestion différenciée ici ou là…

Ailleurs en France, d’autres cimetières paysagers…

Sur la carte